Le dernier post de ce sujet concerne les barbituriques et le lithium.

Un célèbre barbiturique est le Nembutal. D’autres non moins célèbres sont le Gardénal, le Véronal, le Pentothal (ce dernier est utilisé en injection létale dans les états américains où la peine de mort est encore pratiquée). Ce sont en gros des sédatifs extrêmement puissants.

Petite histoire sur l’origine du mot : plusieurs théories se font la guerre si on peut dire.

La première et la plus répandue indique que le terme proviendrait du jour où l’acide barbiturique fut synthétisé par Adolf Von Baeyer le 4 décembre 1864, soit jour de la Sainte-Barbe (Von Baeyer est également connu pour son travail sur les teintures et pour avoir reçu le prix Nobel de Chimie en 1905).

Autre théorie, le terme proviendrait du grec barbitos (=semblable à la lyre), la molécule de l’acide barbiturique présentant la forme d’une lyre…

Tout cela est très poétique et nous éloigne de l’amère réalité des traitements à base de barbituriques. Une des raisons pour laquelle ils sont très dangereux est qu’il est particulièrement difficile de faire la différence entre une dose normale et une « overdose. » Le dosage mortel varie d’un barbiturique à un autre et d’un individu à un autre.

Ils sont habituellement prescrits contre l’anxiété, la dépression et l’insomnie, quoi que beaucoup moins utilisés aujourd’hui, remplacés par les tranquillisants.

Le lithium est prescrit afin de « réguler l’humeur » de ceux qui sont atteints de « troubles bi-polaires ». Plus simplement, il est prescrit aux personnes faisant des hauts et des bas, allant bien un jour et puis mal le lendemain. Il est également utilisé dans le traitement des insomnies

Il s’agit d’un sel minéral. On en trouve en quantité minime dans les minéraux, l’eau, les plantes, ainsi que dans les tissus animaux et humains. Une telle description pourrait nous faire croire (et c’est le cas chez beaucoup de ceux qui le prescrivent ou le consomment) qu’il s’agit d’une substance naturelle, en conséquence totalement saine et sans danger.

Ce qu’il faut absolument savoir c’est que pour obtenir un effet « thérapeutique », le dosage est extrêmement fort et quasiment toxique. Il a également la propriété de s’accumuler dans le corps et de causer des dommages cérébraux ou rénaux irréversibles.

Pour la petite histoire, en 1948 aux USA, ceux devant suivre un régime sans sel purent substituer le sel de table par une solution contenant 25% de chlorure de lithium. Et en 1949, quand on se rendit compte que de nombreux décès étaient dûs à cette solution, la FDA interdit totalement l’utilisation du lithium. Elle l’autorisa à nouveau en 1971 suite à des études « prouvant » l’efficacité du lithium. Je vous laisse réfléchir à cela et je termine avec un extrait du serment d’Hippocrate cher à mon coeur :

« … Je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion. »

 

 

Publicités