Mon intention était d’écrire sur Los Angeles, ville mythique, qui a vu naître et mourir Maryline Monroe, femme mythique.

Mon intention était aussi d’attendre la fin du week end pour écrire, voulant profiter du climat exceptionnel et d’amis non moins exceptionnels.

Mais quand on lit ce que j’ai lu aujourd’hui, on se dit qu’on fera tout ça plus tard.

Je ne sais pas à quel point cette affaire a fait du bruit en France. Je vais revenir dessus. Pardonnez mon manque d’humour et ma méchante humeur d’aujourd’hui, quand vous aurez fini de lire l’article, vous aurez compris pourquoi.

L’association MindFreedom International se définit comme (je traduis) « une organisation des droits de l’homme à but non lucratif, et qui oeuvre pour le changement du système de santé mentale. MFI, en tant que groupe non-violent est composé d’activistes qui préconisent la vérité, la liberté, l’égalité ainsi que le respect des droits de l’homme au sein du système de santé mentale. »

 Dans les faits et ce depuis 24 ans, leurs membres se soutiennent mutuellement afin de se protéger les uns les autres des procédures coercitives psychiatriques. En étant membres d’une telle organisation, ceux qui sont menacés de violations de leurs droits fondamentaux sous la forme de traitements psychiatriques invonlontaires peuvent activer des campagnes en leur faveur. Par exemple, fin 2008, Ray Sanford a été victime de traitement électrochocs forcés. En raison de troubles du comportement, une cour de justice américaine l’a obligé à recevoir un electrochoc par semaine pendant près d’un an. C’est grâce à une campagne de MindFreedom International que les médias se sont emparés du sujet et que cet ordre a été annulé. Vous pouvez lire son histoire ici et ici. Vous, je ne sais pas, mais moi le psy sur la photo, il a une tête qui ne me revient pas trop…

Revenons quelques semaines en arrière.

Le 11 août 2010, une autre de ses membres, Gita Rathnamala est enfermée au Western Psychiatric Institute & Clinic (WPIC) de Pittsburg en Pennsylvanie. Il s’agit d’un énorme complexe psychiatrique au sein de l’Université de Pittsburg. Et considéré comme l’un des meilleurs hôpitaux psychiatriques aux USA, c’est vous dire ! C’est aussi à se demander comment on peut noter ce type d’établissement et dire qu’il s’agit de « l’un des meilleurs ». Par exemple, « la meilleure prison » ou  « le meilleur hôpital psy »…

Son psychiatre Colleen E. Bell lui prescrit le puissant neuroleptique Rispardol. Gita refuse ce traitement mais celui-ci lui est imposé dès le 14 août. Originaire d’Inde, elle pratique l’Hindouisme et a la conviction qu’elle peut mener une vie libre de toute drogue. Personne ne l’écoute. Ses droits les plus fondamentaux sont ignorés et il faudra les actions de nombreux membres de MFI pour qu’elle soit enfin libérée le 9 septembre dernier.

Elle partage son expérience sur un blog.

 Le concept d’enfermer contre sa volonté un citoyen innocent de tout crime devrait appartenir à des temps sombres et reculés. C’est pourtant ce qui se passe chaque jour et rares sont ceux qui en parlent. Encore une fois, j’aurais préféré écrire sur autre chose, j’aurais préféré que ce blog n’existât pas, que les psychiatres n’existassent pas (c ‘est bien d’employer l’imparfait du subjonctif pour parler des psys non ? Allez, une touche d’humour…) et que je puisse faire autre chose durant les quelques heures par semaine que je consacre à ce sujet. 

Mais plus il y aura d’organisations de ce type et plus nous nous rapprocherons d’un futur psy-free !

Publicités